Performances

Les per­for­mances de Florentine Rey per­mettent d’expérimenter le pro­ces­sus créa­tif en train de se faire à tra­vers des dis­po­si­tifs comme celui des conver­sa­tions poé­tiques ou celui de la per­for­mance « Il y a : Fantaisie pour des bri­coles et mon cer­veau ». Elle pro­pose éga­le­ment une série de per­for­mances mani­festes pour dire ses enga­ge­ments de façon créative.

Les conver­sa­tions poétiques

Comptes-rendus fil­més des conver­sa­tions poétiques

Le dis­po­si­tif des conver­sa­tions poé­tiques est le sui­vant : deux chaises posées l’une à côté de l’autre avec une vue sur un pay­sage, une détente phy­sique rapide à par­tir d’un tra­vail sur la res­pi­ra­tion, le choix d’une porte d’entrée dans le pay­sage pour bas­cu­ler dans l’imaginaire comme dans un rêve, puis un temps d’échanges et d’associations libres pour décons­truire les cli­chés et guet­ter les surprises.

Grâce à l’imaginaire, il est pos­sible de faire une autre lec­ture du pay­sage. Les conver­sa­tions sont fil­mées de dos, avec un iPhone. Pour chaque conver­sa­tion, Florentine Rey réa­lise un mon­tage à l’oreille, sans regar­der les images, en récu­pé­rant des bribes de phrases, une sorte d’écriture vidéo poétique.

Je sou­haite mon­trer la sin­gu­la­ri­té, la beau­té, les trou­vailles des ima­gi­naires et prendre le temps ensemble, avec les habi­tants, les tra­vailleurs, les artistes de dépla­cer les lignes pour recréer du com­mun hors sys­tème, hors socié­té mar­chande.
Les conver­sa­tions poé­tiques font naître des mondes et des sce­na­rii qui nous sont propres, non dic­tés par l’extérieur, le social, le divertissement. 

Florentine Rey

Conversations poé­tiques
à Segré-en-Anjou-Bleu

Dans le cadre d’une rési­dence d’écriture à la Médiathèque.

Conversations poé­tiques
à Saint-Nazaire

Dans le cadre d’une rési­dence d’écriture au Centre de Culture Populaire.

Performance : « – IL Y A – : Fantaisie pour des bri­coles et mon cerveau »

Portrait de Florentine Rey

- IL Y A - s’appuie sur l’expérience des conver­sa­tions poé­tiques que Florentine Rey mène depuis 2021 dans le cadre de rési­dences de créa­tion (Saint-Nazaire, Segré-en-Anjou, centre de créa­tion et d’histoire des fours à chaux du Rey, La Factorie, châ­teau de La Turmelière…).
Ces moments par­ta­gés, intimes, qui s’apparentent à des rêves éveillés, nous offrent une autre par­ti­ci­pa­tion au monde. L’artiste nous invite à nous connec­ter à nos ima­gi­naires, à faire le choix de l’i­nat­ten­du, de l’i­nouï, au bord du réel. On inves­tit entiè­re­ment l’instant pré­sent, on en per­çoit les dimen­sions d’im­per­ti­nence et de gai­té, on retrouve le plai­sir de l’en­fant qui joue.

- IL Y A – Fantaisie pour des bri­coles et mon cer­veau pro­pose un dis­po­si­tif élar­gi : seule en scène, Florentine Rey par­tage l’intimité du pro­ces­sus créa­tif, impro­vi­sant en impli­quant le public, pour créer du com­mun et éprou­ver ensemble la liber­té, la spon­ta­néi­té, la joie du jeu et de la poé­sie du monde.

La pre­mière aura lieu en mars 2023 au théâtre des Loges, Maine-et-Loire.

Film docu­men­taire avec Laura Tangre, réalisatrice

Conversation poé­tique entre Florentine Rey et un habi­tant de Saint-Nazaire sur les chan­tiers navals.

Projet de film docu­men­taire de 52′ por­té par Florentine Rey et Laura Tangre. Le pro­jet s’ap­puie sur une expé­rience de conver­sa­tions poé­tiques que Florentine Rey a mené dans le cadre d’une rési­dence de créa­tion sur les Chantiers Navals de Saint-Nazaire avec les tra­vailleurs et les habitants.

Résumé :

Sur les chan­tiers du port de Saint-Nazaire se croisent des ouvriers, des pas­sants, habi­tants d’un ter­ri­toire en mou­ve­ment. Au milieu des cônes signa­lé­tiques, des camions citernes, des grues et des bateaux, deux per­sonnes assises, de dos. Elles se prêtent à un jeu : elles observent le pay­sage en lais­sant vaga­bon­der leurs sens. Florentine Rey est poé­tesse et ini­tia­trice de ces expé­riences. En pro­pa­geant ses « conver­sa­tions poé­tiques » elle accouche, en duo, de formes orales collectives.

Florentine Rey et Laura Tangre entre­prennent de don­ner à voir le fruit de ces rêve­ries qui ne sont pas des délires, qui glissent sur le béton des docks, prennent la saveur salée de l’estuaire. Cette écoute nous entraîne dans une recherche ciné­ma­to­gra­phique, entre le réel du port de Saint-Nazaire et les fan­tasmes urbains de chacun.

Les Performances-manifestes

Les per­for­mances dites mani­festes de Florentine Rey convoquent un uni­vers étrange : bis­cottes, coquilles, cri de mou­tons, et inter­rogent notre rap­port aux autres et au monde avec fan­tai­sie et auto­dé­ri­sion. Avec ses per­for­mances, Florentine Rey trans­forme l’énergie en mots. Le texte se bâtit à par­tir du geste et c’est le corps qui donne l’impulsion pour faire jaillir l’idée, le mot.

Extrait des per­for­mances au Crefad-Lyon

Les gants

Madame tenez bon !

N+

Prions !

Moutons sau­vages

Ruminations

Grossesse éclair

La mala­die des coquilles

Un jour