Nouvelle revue de lit­té­ra­ture de l’Atelier de l’agneau

Si tu veux, tu peux.

Si tu veux, tu peux.
Tu peux choi­sir le desi­gn des bar­reaux de ta cage.
Tu peux habi­ter le monde comme un être vul­gaire et fonctionnel.
Tu peux sacri­fier ta liber­té et petit à petit ron­ger celles des autres par ricochets.
Tu peux croire en Dieu pour cal­mer tes angoisses et faire peau neuve régulièrement.
Tu peux choi­sir ta crème de sport, tes rides de nuit et la pro­ve­nance de tes sourcils.
Des pau­pières qui ne ferment plus et la peau lisse comme du verglas.
Tu peux assis­ter pas­si­ve­ment à l’ensauvagement de tes enfants par jeux de guerre et simu­la­tions sexuelles qui condi­tionnent leurs corps à vou­loir tout, tout de suite, plus vite, plus fort.
Tu peux choi­sir l’addiction dans laquelle tu t’isoles pour t’effondrer.
Tu peux aus­si dire STOP !