Florentine Rey - Revue L'intranquille numéro 6

Revue l’in­tran­quille n°6 mai 2013

Dossier spé­cial Genre d’a­près

Revue de lit­té­ra­ture, L’Atelier de l’Agneau Éditeur

Caillou, papier, ciseaux, quel est mon genre ?

Je résume mes acquis : je sais me mettre en boule, gon­fler, dégon­fler, prendre le jus, je sais dire oui, pleu­rer, être seule, attendre, sup­por­ter, jouer à cailloux papiers ciseaux. Je sais me laver dans un bol, lire les modes d’emplois, emboi­ter le pas, me plier en quatre, pei­gner, peindre et dépeindre, allu­mer, dél­lu­mer, déchan­ter, res­ter fixe dans le rien, me bour­rer d’eau de mer et cra­cher loin. Je sais car­na­ger, faire tom­ber mes dents, mes che­veux et sclé­ro­ser mes arti­cules. Je sais nier mes intui­tions, pas­ser à côté de ce qui est gros comme une mai­son, pas voir, pas vou­loir voir, men­tir à ce sujet, men­tir sur tous les sujets, qu’on me foute la paix, laisse-moi dans mes men­songes, suis bien.

Rebond res­sort rebond res­sort mon­ter des­cendre dans des mondes inha­bi­tables et des corps inha­bi­tables, une langue inha­bi­table. Je suis la moi­tié qui n’a pas, n’est pas. N’a pas ? N’est pas ? Suis-je obli­gée de me caler sur ce rythme ?

Caillou, papier, ciseaux, il y a quelqu’un pour m’aider à décom­po­ser ?

Deviens ce que tu veux ! Grêle ou grê­lon, pous­sière… Raz de marée : ça déclenche la sta­sis, guerre interne, mon corps écha­faude des plans pour me faire du mal, mon sys­tème de défense se détraque, défla­gra­tion confuse, mas­sacre de mon corps par mon corps, Saint-Barthélémy per­son­nelle, hor­mo­nale. Mes cel­lules comme des petits voyous me déso­cia­lisent, coupe la tête, les jambes, les bras, femme-tronc, j’enlève l’écorce à l’épluche-légumes.

Nouveau rift, face au réel. SOS pour remise en cir­cule ! Ventile ! Ramasse les copeaux, recom­pose ! A la pro­chaine frac­ture je tien­drais. A la pro­chaine frac­ture j’aurais : deux plots métal­liques à la place des jambes pour assu­rer ma sta­bi­li­té. A la place de la tête j’aurais : un œil rond et téles­co­pique pour suivre celles et ceux qui décrochent la Lune.